Index PrécédentSuivant
Page 1 / 51

La fuite


La fuite du Kampos

Mon regard se porta un soir sur ce petit tableau sans prétention mais qui me rappelait beaucup de choses. een premier lieu je remarquais le couvre-chef de celui qui semblait mener sa troupe et que j'avais déjà vu sur la tête sculptée de Michel Vlasto, au cimetière orthodoxe de Trieste. Michel Vlasto était démogeront et c'est lui qui mena ceux de ses proches qui avaient pu échapper aux Turcs, vers leurs embarcations qui les attendaient au Nord de l'Ile. Et ici même je retrouverais ce qui avait dû être l'exactitude même de cette fuite. Là plus de romantisme et plus le pinceau de Delacroix, mais un réalisme étonnant. Ils sortent tous d'une maison dans le Kampos, les maîtres et les domestiques et les bêtes. On aperçoit derrière les murs du jardin, les arbres et on voit aussi le joli portail ouvragé qui faisait l'ornement premier de toutes ces maisons. Je ne peux m'empêcher de voir presque ici, Loula Vlasto, portant dans ses bras sa petite Fille Arghyro née peu avant le mois d'avril, ma trisaïeule... La peur au ventre, leurs petits trésors serrés près d'eux...
Je touchais du doigt ce qui s'était passé le 23 avril 1822.