CHIOS - Le Kampos
Les portails



Voir aussi:

Voleurs d'icônes
Les propriétés des Zygomalas à Chios
Le Kampos
Le kampos - suite 1
Le kampos - suite 2


Un peintre amoureux de Chios et particulièrement du Kampos, George Moutsatsos, fait paraître en 1986 un ravissant ouvrage sur les Portails du Kampos, en collaboration avec le Centre Culturel du Kampos. D'une part pour montrer les différents styles de leur architecture et en même temps le charme caché de Chios. Mais dans la seconde édition au printemps 2000, il va plus loin: montrer ce qui est en train de se perdre et de disparaître et par conséquent exciter les volontés pour sauvegarder ce patrimoine unique, dont tous les visiteurs ont fait l'éloge maintes et maintes fois.

Déjà partiellement détruit par les Massacres de 1822 où les Turcs
"ne causèrent pas cette catastrophe dans un moment de colère, mais de sang froid, détruisant les maisons une par une, systématiquement, avec une cruauté patiente, faisant disparaître ainsi tout ce qui valorisait le plus cet endroit de la Gréce".[Fustel de Coulanges]
le Kampos fut de nouveau extrèmement abîmé par le tremblement de terre de 1881 qui obligea les quelques survivants des familles qui étaient retournées à Chios, à partir de nouveau en abandonnant leurs maisons.

Cependant la grandeur du passé n'est pas complètement perdue. Il reste encore des portails splendides, et l'ouvrage de George Moutsatos est bien venu pour nous le prouver.

LES PORTAILS


Les différentes influences sont visibles sur les constructions du Kampos. D'abord habité par les Byzantins dont on ne peut pas dire qu'il reste vraiment un édifice de ce style, en dehors du Pyrgos de Kamenos dont la tradition populaire veut qu'il ait été construit pendant cette période, Chios fut occupé par les Vénitiens et les Génois qui laissèrent leur "signature" sur beaucoup de maisons.
Ci-contre à gauche, le portail de la proprié Litsaki et au-dessous le portail de la propriété Galli. Toutes deux ont appartenu à la famille Vlasto
Après les Génois, les Turcs ne manquèrent pas d'apporter leur touche orientale qui se remarque encore maintenant partout. La période de prospérité du 18è siècle fut un moment privilégié qui permit de parfaire toutes les constructions existantes ou de les améliorer. Après la "catastrophe" qui détruisit grand nombre d'édifices, et le tremblement de terre de 1881, tout ou presque fut abandonné et laissé aux voleurs et aux pilleurs. C'est ainsi que disparurent surtout les écussons et armes des familles, généralement placés au dessus des portes.

Les portails étaient construits avec le même matériau que les maisons: la pierre de Thyminia, village à l'extrème sud du Kampos où se trouvent de grandes carrières. Certains ont voulu y apporter une note plus luxueuse en utilisant du marbre. Mais tous ont un "air de famille". Ils s'ouvraient plus généralement directement sur le jardin, quoique certains étaient la porte d'une espèce de "loge", halte avant d'arriver à la maison elle-même. La plupart ont, côté rue, deux petites marches latérales, pour permettre de monter plus facilement dans les voitures ou à cheval ou plus simplement sur un âne!!!Les ruelles sont en terre battue et donc souvent boueuses lorsqu'il pleut. Les vantaux les plus anciens étaient en bois sculpté et leur remplacement par des portes de métal n'est souvent pas du meilleur effet.

On ne voit guère plus de vantaux en bois, quoique certains propriétaires les ont fait refaire à l'identique (ou presque!!!) La porte vue à droite est celle de l'ancienne propriété Giustiani et le cliché fut pris en 1920.

Les "familles nobles" de Chios, aimaient mettre leurs armes sur le linteau de leur portail. Ces jolies pierres sculptées furent évidemment volées ou détruites par les Turcs lors des Massacres de 1822. Parmi celles subsistant de nos jours il y a celles de la famille Galati, dont un des leurs fut pendu par les Turcs en 1822. Un immense sentiment de tristesse s'empare de vous lorque vous circulez dans le Kampos. On voudrait que tout à coup, ces maisons, ces portails, ces jardins vivent de nouveau comme par le passé. Il est dommage de penser que ces familles qui se sont fixées dans d'autres pays et y ont refait fortune n'aient pas eu l'envie, ou l'idée de venir pour réhabiliter ce qui fut la vie des leurs. Mais peut-être aussi il eût fallu qu'ils aient l'opportunité de se replonger dans "leur" passé!!!

En 2007 fut retrouvé par les descendants de la famille Sechiari, le portail de leur ancienne propriété avec sa porte, certe abîmée mais portant encore son heurtoir et sur le linteau, les armes en marbre, telles qu'elles avaient été posées et datant probablement de 1818 date que l'on peut lire encore comme les initiales, P(pi grec)A S Paraskeva Ambroise Sechiari.


Ci-dessous le portail de la propriété Od.Xyda, mais qui fût une des propriétés de la famille Zygomalas.

Création : 2000-11
Mise à jour : 2007-11-13

Bibliographie:

Les Portails du Kampos à Chios - Auteur: George Moutsatsos - Editeur: Librairie Pyxida, Chios




© Françoise Bernard Briès.
Copyright, Syndication & All Rights Reserved Worldwide.

The text and graphical content of this and linked documents are the copyright of their author and or creator and site designer, unless otherwise stated. No publication, reproduction or exploitation of this material may be made in any form prior to clear written agreement of terms with the author.