Parent Folder

L'ICONE DE IANNIS

ET

LA BAGUE DE LOULA

 Iannis Zygomalas Loula Vlasto

Zannis Zygomalas et Loula Vlasto à Alger dans la fin de leur vie.


Si je n'avais pas trouvé des Vlasto sur le Net... Si je n'avais pas continué mes recherches sur les familles dont j'étais issue...Si, par enthousiasme je n'avais pas parlé autour de moi et auprès de ma famille, de tout cela je n'aurais pas pu raconter la petite histoire qui suit...

Dans mon enfance et mon adolescence, ma grand-mère et mon père me parlaient souvent de nos ancêtres venus de l'Ile de Chios...C'était lointain et un peu hors de portée, mais il restait d'eux des souvenirs concrets...

Icone
Au-dessus de la table de nuit de Grand-Maman, était accrochée une icône revêtue d'argent et représentant une Vierge à l'Enfant. Leurs visages étaient noirs...Ne restait d'eux que du bois teinté. Cela m'intriguait et un jour mon Père me raconta l'histoire de l'icône, enterrée par Iannis Zygomalas dans le jardin de la maison qu'il avait à Chios au moment de la terrible journée des Massacres en Avril 1822. Ils fuyaient les hordes turques et s'embarquaient pour l'inconnu, retrouver d'autres membres de leur famille réfugiée à Syros puis à Livourne. Une fois la paix revenue à Chios, Iannis retourna dans son île natale, retrouva l'icône enterrée par lui et la rapporta. Depuis ce temps, elle est toujours là et à mon tour, c'est moi qui l'ai accrochée à côté de mon lit.

Jusqu'à l'année dernière je l'admirais beaucoup, me disant que j'étais "gardienne" de cette image dans notre famille depuis 1789. Mais c'était sans plus.

En Mars 1999, ensemble avec ce nouveau "cousin", nous sommes partis à Chios sur les pas de nos ancêtres...Et pour nous allait éclater une histoire que nous touchions réellement du doigt. En effet, à Chios, nous retrouvions à la fois tous les souvenirs de ces Massacres mais aussi, les maisons que Iannis Zygomalas, Loula Vlasto, mes ancêtres, Michael Vlasto et bien d'autres encore de nos "cousins", possédaient dans la ville même de Chios ou bien encore dans le Kampos, endroit privilégié pour passer les mois d'été dans de merveilleux jardins remplis d'orangers et de citronniers.

Jardin KamposEn voyant ces portails, ces jardins, ces maisons hélas abandonnées depuis si longtemps je ne pouvais m'empêcher d'imaginer Iannis, jeune marié, enfouissant l'icône familiale dans un de ces jardins, tandis que Loula ramassait quelques "trésors" pour les soustraire à l'envie des turcs qui les menaçaient...Je pensais à leur peine, à leur peur, à leur fatigue, à leur fuite et partageait avec eux, loin dans le temps tous ces sentiments qui les avaient habités à ce moment. Je supposais que Loula était enceinte, ou peut-être sa petite fille dans les bras - Arghyro est née en 1822 - et qu'elle lui avait mis sa croix d'or autour du cou, se parant elle-même de ses bijoux. Leurs bagages, probablement simples baluchons devaient être succincts et il fallait faire très vite pour rallier le nord de l'île - cet endroit étant le plus sûr pour fuir - d'où ils s'embarqueraient pour l'île de Syros.

Ils partirent et furent sains et saufs. Livourne fut leur première ville d'accueil où ils retrouvèrent nombre des leurs. Ils y demeurèrent quelques années, et s'établirent ensuite à Marseille. On suppose que c'est de Livourne que Iannis retourna à Chios pour y rechercher l'icône et qu'il la rapporta.

Les familles exilées, commencèrent de s'établir et de fonder de nouvelles sociétés d'armement de navires et de commerce. C'était le moment de la conquête de l'Algérie. Iannis était encore jeune et entreprenant. L'aventure le tenta et il décida de s'y rendre pour fournir l'armée française en grains. Il partit avec Loula, leur fille Arghyro alors âgée de dix ans et des cousins. J'imagine qu'ils trouvèrent là, un peu la même vie qu'à Chios. La flore était identique, le climat à peu près pareil et les habitants, devaient ressembler aux turcs qu'ils avaient eu l'habitude de fréquenter avant 1822 puisqu'ils n'étaient pas loin d'eux - la côte de Turquie est à quelques miles marins de Chios - Leur fille se maria avec l'homme de confiance de Iannis, Athanase Floros, et donna naissance à sept enfants, six filles et un garçon, dont mon arrière grand-mère Julie.

Comme il est coutume dans les familles, les bijoux et objets précieux se transmirent de filles en filles. Loula portait une bague en fuyant Chios. Elle fut donnée à la dernière fille d'Arghyro, mon Arrière-Grand-Tante Calliope. Mon Arrière-Grand-Mère Julie, conservant l'objet le plus précieux de tous les objets et bijoux, l'icône que je regarde maintenant avec beaucoup plus de respect et d'admiration.

Lorsque je faisais toutes ces recherches, j'ai eu plaisir à les raconter à une de mes cousines, descendante elle aussi de Iannis et Loula. Elle me raconta alors que notre grande cousine, Jeannette, fille de Calliope, lui avait montré une bague, surmontée d'une couronne, avec une belle pierre au centre et de plus petites autour. Je n'avais personnellement jamais entendu parler de cette bague, mais rajouta-t-elle : " Cousine Jeannette m'avait dit à cette époque que cette bague serait pour toi, Françoise. "Est-ce que tu l'as encore ? Je m'empressais de répondre que je n'avais jamais vu cette bague et même que je n'en avais jamais entendu parler.

Cela me trottait dans la tête et j'en dis un mot un jour, à la belle-fille de Cousine Jeannette, Tioutiou, qui avait hérité des bijoux de sa belle mère et par conséquent de sa Grand-belle Mère, Calliope.

"Oh me répondit-elle, cela m'étonnerait que Janine ait vu cette bague puisqu'elle avait été démontée dans les années 1900 par Calliope pour en faire un croissant, ce bijoux étant à la mode à cette époque." Ella ajouta : " Mais, tu sais, lorsque j'en ai hérité de Jeanette, je n'aimais pas trop les bijoux style arabe et j'ai fait démonter le croissant pour en faire une barrette, mais il est vrai que la pierre centrale est celle de la bague de Loula".

Le croissant
Tante Hélène Jullian, née Floros, petite-fille de Loula, portant le croissant

Barette
Un silence s'établit entre nous et tout à coup, Tioutiou me dit :" Tu as bien fait de me parler de cette bague, Françoise, et au fond puisqu'elle était pour toi, je te donne la barrette."

Je me sentais un peu gênée, et le silence continuait. Mais Tioutiou s'était levée et s'en allait chercher la barrette qu'elle m'offrit. "Il est naturel que ce soit toi qui la porte, puisque la bague était pour toi". J'embrassais ma cousine avec affection et regardais la barrette et surtout la pierre centrale, en pensant à Loula et à sa bague, démontée, dont il ne restait que la pierre et le souvenir. Je lui demandais alors si elle savait où pouvait se trouver la monture de cette bague, dont elle, se souvenait très bien la forme. Evidement le temps avait passé, Jeannette était disparue, des déménagements avaient eu lieu et de monture point. Je repartais en serrant précieusement ce nouveau bijou qui venait ajouter beaucoup à l'histoire de Loula et regrettant que la monture de la bague eut définitivement disparu.

Un mois passa. Je reçus un jour un appel de Tioutiou qui me dit avec une joie non dissimulée qu'elle avait retrouvé la monture dans une boite de vieux boutons !!!J'étais si contente que je suis allée la chercher très vite. Effectivement en son centre il y avait le creux laissé par la pierre et une couronne au-dessus. Elle semblait morte, noire et fort abîmée. Mais pour moi cela n'avait pas de prix, c'était la bague que Loula avait à son doigt lorsqu'elle était partie de Chios. Intérieurement je me disais qu'un jour je la ferais revivre en la faisant remonter.

Monture
La monture de la bague de Loula
Je ne pensais pas une minute que ce jour arriverait si vite. Pendant un séjour chez mon amie Yvette à Toulon, je lui racontais l'histoire de la bague de Loula. Elle m'indiqua aussitôt un bijoutier qui faisait de jolis travaux à façon. Lorsque je lui montrais la monture en lui demandant s'il pouvait faire "revivre" cette bague, il fût intéressé par son histoire et accepta de l'arranger. Je l'ai reçue ces jours derniers et c'est avec une grand émotion que je la mis à mon doigt, imaginant Loula sûrement heureuse de voir "sa bague" de nouveau vivante. C'est un hommage que je lui porte. Avec l'icône, elle restera aussi le témoin de toute l'histoire de notre famille depuis 1822.

La bague une fois remontée
Cliquer sur l'image pour plus de détails


Création : 2000-05-04
Mises à jour : 2003-05-25 | 2003-11-16 | 2007-08-06 | 2012-03-03 | 2014-01-10 | 2016-09-03 | 2018-01-22



© Françoise Bernard Briès.
Copyright, Syndication & All Rights Reserved Worldwide.
The text and graphical content of this and linked documents are the copyright of their author and or creator and site designer, unless otherwise stated. No publication, reproduction or exploitation of this material may be made in any form prior to clear written agreement of terms with the author.