Parent Folder
TIKJDA
La Montagne et la Neige


Pour d'autres pages sur l'Algérie, voir également :

ALGER - Blanche capitale| ALGER - La Kabylie| ALGER - Les bijoux des Beni-Yeni| ALGER - Se Souvenir
ALGER - Se Souvenir - Images| ALGER - Mes amis d'enfance| ALGER - Mes amis d'adolescence| ALGER - Suffren| ALGER - Suffren 2è partie - Une journée de pêche| ALGER - les gouters de Marie Claire| ALGER - Un peu de nostalgie| ALGER - Le Sud| ALGER - Bou-Saâda| ALGER - El-Goléa
ALGER - La Sultane d'El-Goléa| ALGER - Eloge du Lentisque| ALGER - Eloge du Roseau| ALGER - Eloge de l'oursin
ALGER - Eloge de la palangrotte
ALGER - Tipasa| ALGER - Djemila| ALGER - Le CDHA|

Djurdjura

La vue du Djurdjura après Palestro


L'évocation de l'Algérie nous amène la plupart du temps vers la mer, la plage, le soleil ou bien encore vers le Sud, le désert et toute sa magie.

tikjdatikjda

Un goulet bien enneigé pour monter au sommet du Tigounatine, à gauche et à droite le sommet lui-même.

Mais le coup d'œil est trop rapide. En regardant un atlas et en analysant le relief on s'aperçoit qu'en dehors des 1 500 kms de côtes l'Algérie se pare de montagnes, l'Atlas tellien et l'Atlas saharien. L'Atlas tellien déploie ses sommets enneigés l'hiver, depuis le Djebel Chelia à l'Est et qui est le plus haut sommet de l'Algérie, jusqu'au Pic de l'Ouarsenis près de Tiaret, à l'Ouest. L'Atlas tellien, beaucoup moins élevé forme une sorte de barrière avant le Sahara mais se couvrait aussi parfois de neige les hivers les plus froids. J'ai vu le Dhira tout blanc au-dessus d'Aumale, arrondir ses sommets, pour protéger l'entrée du désert.

Nous profitions de la neige de Décembre à Mars, et en profitions chaque week-end du vendredi au dimanche soir avec un entrain et un plaisir chaque fois renouvelé.

tikjdatikjda

Ce sont les cèdres du Liban qui ornent le Djurdjura. Leurs graines sont venues ici, transportées par le vent depuis le Moyen-Orient et ils se sont acclimatés d'une façon parfaite.

Tout commençait le vendredi soir aprés le bureau ou la fac soit le Samedi matin de très très tôt le matin, vers cinq heures et demie ou six heures. Le rendez-vous était généralement à la station d'Apreval, sur le boulevard du Telemly devant ce terrain qui n'en finissait pas de glisser lentement mais sûrement vers le bas de la ville et dont j'avais entendu dire un jour : "oh oui ça ne tiendra pas : c'est de la terre anglaise, tout sera enseveli...". Les 203, les 4 CV, et les autres faisaient le plein, et le tour des vérifications, et tout le monde partait dans un grand concert de moteurs gonflés et d'échappements de tubulures auto-bleu...Bien entendu on faisait une course intense jusqu'à Bouïra, en ricanant chaque fois que l'on se faisait doubler par l'un ou l'autre des amis. Nous menions bon train, il n'y avait nullement la circulation qu'il y a maintenant partout, et nous arrivions sans encombre à Bouïra et nous arrêtions pour prendre un bon petit déjeuner avant la grimpette jusqu'à Tikjda.

tikjdatikjda

Sur l'image de gauche, le vallon et l'épaule de l'Akouker (en partie caché par le cèdre mort, et sur celle de droite, au fond le Lalla Khedidja, sommet culminant du Djurdjura, à 2 308m.
[Le sommet le plus haut de l'Algérie se trouve dans les Aurès, au Djebel Chelia : 2 329m, au Nord de Biskra]

On vérifiait une dernière fois que les skis fussent bien fixés sur la galerie de toit, nous nous dépêchions pour arriver le plus tôt possible en bas des deux téléskis montés par Le Dr.L, connu de tous et de toutes et qui avait de surcroît construit un petit hôtel où nous nous réfugions tous. Tout le monde se connaissait, tout le monde se saluait, tout le monde riait et s'amusait, même ceux qui parfois revenaient de la piste sur un brancard, R.L était là et réparait le plus vite possible ce qui pouvait l'être. Mais nous n'en étions pas encore là.

tikjdatikjda

Derrière le sommet de l'image de gauche, le lac Goulmine. Il fallait y aller avec des peaux de phoques...Sur la droite le vallon de Timzert et le chalet du C.A.F.au pied du Tigounatine.

Nous montions sur la route sinueuse et sèche, pour aborder bientôt les congères laissées par le chasse-neige (oui il y avait des chasse-neige !!!) et garions la voiture un peu n'importe où, les uns à côté des autres dans le vallon de Timzert, en bas du chalet du C.A.F. Il fallait alors monter jusqu'au Tigounatine, dans une neige très souple et fraîchemenbt tombée de la nuit, ce qui était pénible mais que nous faisions de gaîté de cœur en pensant à toutes les descentes que nous allions pouvoir faire. Lorsque nous emmenions les enfants, il y avait toujours présents, lorsque nous laissions les voitures, des "porteurs" infatigables, sherpas du Djurdjura qui soulevaient les enfants comme des plumes et les mettaient sur leurs épaules en prenant encore des paires de bâtons et de skis !!!
tikjdatikjda

En arrivant, un café chaud nous remettait en forme, et sitôt les skis aux pieds nous abordions courageusement les tire-fesses et les descentes que nous connaissions par cœur mais que nous dévalions avec toujours autant de plaisir... Les plus forts allaient sur la face nord, généralement très tôlée et beaucoup plus dangereuse. Le déjeuner réunissait ceux qui se trouvaient dans la salle à manger et il fallait faire vite si nous voulions descendre encore une fois avant l'ombre et le coucher du soleil... Et le lendemain, nouvelle journée, écourté par le retour, la descente sur Bouïra où nous nous régalions à l'Hôtel de la Colonie (Oui...) d'œufs à la soubressade et de bons vins avant de reprendre la route de Palestro et enfin Alger...Il me semble me souvenir de tout ou à peu près tout, les odeurs, les paysages extraordinaires, les amitiés, les cèdres, la neige et ces retours la tête pleine de lumières de bonheur.
Création : 2001-11-10
Mises à jour : 2003-02-05 | 2003-10-08 | 2006-01-01 | 2014-01-31 | 2016-08-11


Akouker

La descente de l'Akouker. [Merci Jean]


© Françoise Bernard Briès.

Copyright, Syndication & All Rights Reserved Worldwide.
The text and graphical content of this and linked documents are the copyright of their author and or creator and site designer, unless otherwise stated. No publication, reproduction or exploitation of this material may be made in any form prior to clear written agreement of terms with the author.